Challenge, entreprendre et voyager

Entreprendre et voyager au Maroc

Entreprendre et voyager au Maroc

Aujourd’hui je t’embarque dans un tour d’horizon de l’entrepreneuriat à l’international, du fait d’entreprendre et voyager ailleurs… Ici, cap sur le Maroc !

Le Maroc est un pays que j’aime beaucoup. Le seul pays d’Afrique où je suis allée et que je connais un peu puisque j’y suis allée 3 fois en bientôt 29 ans. J’ai commencé par 1 semaine à Marrakech petite, ensuite j’ai été 1 semaine à Casablanca adolescente et 1 semaine à Agadir adulte.

Ce que j’aime au Maroc c’est le côté chaleureux des habitants, le climat, l’ambiance des souks, du marchandage, les couleurs, les épices, le thé à la menthe… et la nourriture !!

Manger un couscous dans une famille marocaine à Casablanca, des cornes de gazelle dans une pâtisserie de Marrakech ça n’a pas de prix 😉…

Après la Croatie, les Etats-Unis, la Thaïlande, direction un pays d’Afrique francophone très touristique et sympathique.

Mais qu’en est-il du Maroc côté business ? De son évolution économique pour les entrepreneurs ? Est-ce un bon pays pour entreprendre en plus de voyager ? C’est ce qui m’intéresse d’approfondir ici.

Le Maroc en quelques mots

Le Maroc en quelques mots

Tout d’abord, quelques mots sur ce beau pays d’Afrique du Nord. Bordé par la Méditerranée et l’Atlantique, le Maroc est un vrai carrefour de civilisations avec ses influences arabes, européennes et berbères. Le régime politique est une monarchie constitutionnelle.

La capitale du Maroc est Rabat et la plus grande ville du royaume est Casablanca. Le roi actuel est Mohammed VI et la monnaie locale est le Dirham marocain.

Le Maroc est composé de plusieurs villes importantes : Chefchaouen, Essaouira, Fès, Meknès, Tanger…

En outre, le pays est réputé pour ses richesses intérieures. Le marché est dominé par l’agriculture. Orge, blé, olives, légumes, bétail, vin… Le Maroc exporte beaucoup de sa production !

En marge de l’agriculture, les principaux secteurs d’activité sont le textile, le raffinage du pétrole et l’assemblage électronique. De plus, de nouveaux secteurs émergent : chimie, automobile, ordinateurs, aérospatial. Concernant les services, ce sont l’immobilier et le tourisme qui priment.

Ce pays diversifié a donc des ressources et tout un écosystème à exploiter.

La situation économique, entrepreneuriale au Maroc

La situation économique, entrepreneuriale au Maroc

Alors que plusieurs formes de business fonctionnent bien au Maroc depuis des siècles, la situation entrepreneuriale au Maroc semble, elle, plus complexe. A la fois positive, mais avec encore beaucoup d’efforts à fournir pour le pays.

En effet, la réalité semble encore loin de la réelle volonté à travers le pays de vouloir encourager l’entrepreneuriat.

« Dans un Maroc où on présente l’entrepreneuriat comme une solution «miracle» à la problématique de création d’emplois, le pari est visiblement très difficile à gagner quand on sait que sur un tiers de la population active qui se dit désireux d’entreprendre, seuls 7% passent à l’acte, que beaucoup d’entrepreneurs exercent dans l’informel, que l’entrepreneuriat marocain est un entrepreneuriat de subsistance, élémentaire, essentiellement axé sur les services et peu créateur de valeur et qu’il est majoritairement masculin ». – Meriem Zairi, vice-présidente de la confédération générale des entreprises du Maroc pour Lematin.ma

Néanmoins, au niveau de la législation, des aides financières et administratives, il est évident que le Maroc encourage l’entrepreneuriat. Le hic, c’est que malgré tous ces moyens, le retour sur investissement prend du temps et le Maroc est à la traîne des pays de sa région pour entreprendre. Il faut donc que l’entrepreneuriat marocain soit renforcé pour rester compétitif et perdurer.

Financements et investissements locaux pour entreprendre au Maroc

Financements et investissements locaux pour entreprendre au Maroc

Selon plusieurs experts, le manque de financements n’est pas un argument valable pour justifier cette situation dans le pays. Cependant, ceux-ci doivent être réorientés là où ils sont vraiment utiles.

« Des solutions de financements doivent être spécialement conçues pour cette catégorie d’entreprises. Quand vous avez besoin aujourd’hui de 300.000 à 500.000 dirhams, la difficulté de financement se présente ». – Hicham Zanati Zerghini, Directeur général de la caisse centrale de garantie.

En outre, pour Karim Bernoussi, il y a maintes possibilités aujourd’hui pour entreprendre au Maroc, seulement le chemin y est juste encore un peu difficile et il faut oser l’emprunter.

« Il ne faut pas s’inventer de prétexte de telle ou telle raison pour ne pas entreprendre. Oser faire le pas et, chemin faisant, arranger ce qui doit l’être. Il n’y a aucune raison pour que les jeunes entrepreneurs ne puissent pas se développer dans ce pays ». – PDG d’Intelcia

Une éducation en faveur de l’entrepreneuriat au Maroc

Une éducation en faveur de l’entrepreneuriat au Maroc

Le Maroc est prêt pour l’innovation et souhaite accompagner la jeunesse vers l’entrepreneuriat. En enseignement supérieur, les programmes se multiplient. Car si le Maroc veut devenir un pays d’entrepreneuriat comme l’Estonie, il faut donner les clés aux entrepreneurs :

  • Le réseau ;
  • Les compétences numériques ;
  • La culture entrepreneuriale ;
  • Le Mindset…

Cela peut ainsi s’enseigner de manière très concrète. En mettant en pratique, en faisant tester des idées et des outils.

« L’enseignement est un acteur majeur de l’écosystème entrepreneurial. C’est à lui que revient le rôle de convaincre les jeunes que l’entrepreneuriat peut être un choix de carrière, voire une référence sociale. » – Selma Bennis, cheffe de l’éducation et de la formation en entrepreneuriat à l’Université Mohammed VI Polytechnique.

Le Maroc : pays de tests et d’innovations pour l’Afrique

Entreprendre et voyager au Maroc

En fait, le Maroc se présente comme un pays de tests et d’innovations pour toute l’Afrique. Un peu comme un laboratoire, un terrain high-tech avant-gardiste. Petit à petit, le Maroc comble son léger « retard ». L’évolution est très intéressante !

Grâce aux nouvelles technologies, les jeunes entrepreneurs au Maroc sont de plus en plus nombreux à se lancer dans les services digitaux pour les entreprises.

« Au Technopark de Casablanca, comme dans tous les incubateurs, on croise de jeunes entrepreneurs, ordinateur dans une main, tasse à café dans l’autre, occupés à réinventer le monde. Ici, la tendance est au B to B, au service aux entreprises. La modernisation de l’économie marocaine ouvre un champ important pour les jeunes pousses. » – Rfi.fr

Par exemple, Meyrem Bennis a lancé « Marketface », une plateforme qui met en relation des clients et des fournisseurs. Lorsque l’entreprise a un besoin elle partage un appel d’offre. Les fournisseurs sont notifiés par ces opportunités d’affaires immédiatement. Ils n’ont plus besoin de prospecter, de se déplacer… Le contact est plus rapide et facilité.

De plus, l’autre activité en plein développement concerne les logiciels de gestion, de compatibilité. Des produits qui habituellement sont très onéreux pour les PME et où les entrepreneurs au Maroc peuvent donc se démarquer en appliquant des tarifs attractifs !

Comment entreprendre et voyager au Maroc

Comment entreprendre et voyager au Maroc

Concrètement, se lancer à son compte au Maroc n’est pas très compliqué. Devenir micro-entrepreneur au Maroc est possible pour les résidents marocains et les étrangers.

« Toute personne physique exerçant, à titre individuel, une activité industrielle, commerciale ou artisanale, ou prestataire de service, dont le chiffre d’affaires annuel (CA) encaissé ne dépasse pas les montants suivants : 500 000 dirhams pour les activités industrielles, commerciales et artisanales, 200 000 dirhams pour les prestations de services. » – legalplace.fr

Concrètement, le statut d’indépendant est très avantageux au Maroc. La réglementation est souple, très similaire au processus en France.

Au Maroc, il faut simplement au moment de la création déclarer son activité vis-à-vis du Royaume. Pour être en règle et avoir une visibilité. En cas de pépin, le micro-entrepreneur peut demander la radiation de son entreprise en quelques minutes. Il n’y aucun coût de cession d’activité.

La déclaration et l’immatriculation de son activité d’indépendant s’effectue auprès du Registre national de l’auto-entrepreneur. Au Maroc, il y a deux étapes : l’inscription au registre et le dépôt du dossier d’inscription auprès des agences Barid Al Maghrib. C’est très simple 😊 !

Autre avantage d’entreprendre au Maroc, les charges fiscales sont intéressantes : 0,5 % du CA annuel pour les artisans, les commerçants et les industriels ; 1 % du CA pour les fournisseurs de services.

Qui plus est, l’entrepreneur n’a pas à payer de taxes s’il n’a pas eu de rentrées d’argent.

Cependant, attention, comme partout, il y a aussi quelques inconvénients à devenir entrepreneur là-bas :

  • Au Maroc, le franchissement du seuil de ventes supprime le statut
  • Lorsque l’activité fonctionne bien, il faut évoluer vers une forme juridique de type société : SASU ou SARL.

L’avenir entrepreneurial au Maroc

L’avenir entrepreneurial au Maroc

Enfin, si l’on se pose la question de l’avenir entrepreneurial au Maroc, il semblerait que le constat soit finalement positif. C’est le bilan des participants au salon Smart Entreprise Morocco à Casablanca.

« L’événement représente le plus grand rassemblement de tous les acteurs de l’écosystème de l’entrepreneuriat au Maroc, en Afrique et au Moyen-Orient […] Le salon se veut un lieu d’échange et de networking avec des conférences et des workshops animés par des experts internationaux de renom ». – Leseco.ma

Aujourd’hui, le Maroc est clairement un lieu d’opportunités ouvert à tous. La première édition de de Smart Entreprise Morocco en est une belle illustration. Et bien évidemment, il existe aussi là-bas des réseaux pour entrepreneurs.

Il faut juste veiller, comme le rappelle Houda Berrada – présidente de la section Casablanca du Réseau d’Entreprendre – à ce que les projets soient pertinents, répondent à des besoins. Aujourd’hui, l’entrepreneuriat est au cœur des sujets professionnels d’avenir pour le Maroc.

En somme, le Maroc est bel et bien une terre d’entrepreneurs – jeunes et moins jeunes. L’entrepreneuriat y est intergénérationnel. Pour le pays, il s’agit simplement de veiller à un environnement, un écosystème local propice pour les entrepreneurs de tous horizons.

Voici ce qui achève cet article autour de l’entrepreneuriat au Maroc dans le cadre du challenge inédit du blog « 30 pays pour entreprendre et voyager ailleurs ».

N’hésite pas à me dire ce que tu en penses dans les commentaires 😊 !

Et surtout, n’oublie pas de t’abonner au blog et de partager cet article !

Pour le prochain pays de notre tour du globe de l’entrepreneuriat à l’international, je te donne rendez-vous en Afrique du Sud !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
One comment

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *