Challenge, entreprendre et voyager

Entreprendre et Voyager en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande en quelques mots

Dans le cadre de notre challenge, entreprendre et voyager ailleurs, voici une nouvelle destination. Ainsi, après entreprendre et voyager en Afrique du Sud, en Australie, comme promis, nous partons ici pour la Nouvelle-Zélande !

Je ne connais pas du tout ce pays. Comme d’habitude, le but principal est de faire une exploration informationnelle et d’analyser les possibilités en entrepreneuriat, en voyage, en digital nomadisme…

Entreprendre et voyager en Nouvelle-Zélande

Entreprendre et voyager en Nouvelle-Zélande

Je ne sais pas pour toi, mais quand j’entends le nom de « Nouvelle-Zélande », je pense aux contrées du Seigneur des Anneaux, à ces lointains paysages superbes, à ces milliers d’agneaux dans les champs… Je pense à Auckland, à Wellington, au hakka des All Blacks… Hormis cela, j’ai tout à découvrir de cette nation… Et l’exploration promet d’être intéressante… !

Est-ce un eldorado ? L’entrepreneuriat y est-il bien vu, encouragé ? Les infrastructures sont-elles bonnes pour les digital nomades ? Est-il compliqué d’y créer son entreprise… ? C’est ce que nous allons voir ensemble ici.

Prêt pour un tour d’horizon ? C’est parti 😊 !

La Nouvelle-Zélande en quelques mots

La Nouvelle-Zélande en quelques mots

Pour commencer, la Nouvelle-Zélande est un pays se situant en Océanie, dans la région du Pacifique Sud, à 2000 kms à l’Est de l’Australie. A titre d’illustration, la superficie de la Nouvelle-Zélande est similaire à la Grande-Bretagne, au Japon. Il faut savoir que la Nouvelle-Zélande compte deux îles : l’île du Nord – dite île Fumante – et l’île du Sud – l’île de Jade. La majeure partie des Néo-Zélandais vivent dans l’île du Nord.

L’île Fumante comporte une horde de volcans, de forêts subtropicale et l’île de Jade est une île montagneuse aux sommets enneigées. A l’extrémité sud de la Nouvelle-Zélande, Stewart Island demeure le lieu habité le plus proche de l’Antarctique.

La Nouvelle-Zélande comporte également plusieurs petites îles une floppée de collines où 60 millions de moutons vivent. Il y a 15 fois plus de moutons en Nouvelle-Zélande que de Néo-Zélandais… !

Bien évidemment, la langue officielle est l’anglais et la seconde langue est le maori. La Nouvelle-Zélande est une démocratie parlementaire et monarchique, membre du Commonwealth. La monnaie est le dollar néo-zélandais. En outre, les concepts maoris comme l’importance du whanau – la famille – et la mana – autorité spirituelle – font partie intégrante du système de pensée néo-zélandais, mi maori mi pakeha – blanc.

Les villes principales en Nouvelle-Zélande

Les villes principales en Nouvelle-Zélande

Les villes principales de Nouvelle-Zélande sont Auckland et Wellington. Cependant, il en existe plusieurs autres qui valent également le détour… !

Auckland est au nord de l’île du Nord et c’est la plus grande ville du pays. Elle compte 1,5 million d’habitants. Auckland est surnommée la « ville des voiles » car c’est la ville où le nombre de bateaux par habitant est le plus important au monde… ! De plus, Auckland possède l’aéroport le plus important de Nouvelle-Zélande et c’est le cœur économique du pays. Un large nombre d’entreprises internationales y sont implantées… malgré une localisation sur 50 volcans – dont certains sont encore actifs !

Wellington, avec sa position plus centrale, est la capitale de la Nouvelle-Zélande. Elle compte 200 000 habitants et a pour surnom la « wind welly » – la zélandaise venteuse ! De ce fait, si comme moi vous n’aimez pas trop le vent, peut-être n’est-ce pas le meilleur endroit pour vous… ! En tout cas, cette ville culturelle est bordée par le détroit de Cook, point de départ en direction de l’île du Sud.

Auckland, Wellington et les autres villes néo-zélandaises

Auckland, Wellington et les autres villes néo-zélandaises

Christchurch est la deuxième plus grande ville de Nouvelle-Zélande et la plus grande ville de l’île du Sud. Avec son grand aéroport, Christchurch est également une étape importante pour les voyageurs qui veulent visiter le sud de la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, Christchurch est en pleine reconstruction et se végétalise à la suite de deux tremblements de terre en 2010 et 2011.

Nelson fait partie des villes les plus ensoleillées de la Nouvelle-Zélande. Elle comporte une immense plage et est connue pour sa douceur de vivre.

Dunedin est une des villes principales de l’île du Sud. C’est une ville étudiante, attractive avec une faune et une flore préservée.

Queenstown est la ville plus touriste de Nouvelle-Zélande ! Ce n’est pas par hasard si son surnom est la « Capitale mondiale de l’aventure » 😊 ! Vous pouvez y pratiquer de nombreux sports nautiques sur le lac Wakatipu ou encore du ski, du parachute, des sauts à l’élastique…

Whanganui a appris de sa mauvaise réputation jusqu’alors… Désormais, cette ville culturelle a un tout autre visage et attire les amateurs d’art ! En outre, c’est à Whanganui que vous retrouverez l’Aquarium National de la Nouvelle-Zélande.

La qualité de vie reconnue de la Nouvelle-Zélande

La qualité de vie reconnue de la Nouvelle-Zélande

Faune, flore, paysages, culture… Tous les ingrédients sont là pour un pays agréable à vivre et la Nouvelle-Zélande le sait. Elle en prend soin. Ainsi, la qualité de vie en Nouvelle-Zélande est reconnue dans le monde entier depuis des années. Auckland et Wellington sont au sommet dans les derniers classements internationaux.

Selon tradesolutions.bnpparibas.com, la situation économique reste bonne en Nouvelle-Zélande. Suite à la crise sanitaire mondiale actuelle, le PIB de la Nouvelle-Zélande devrait « remonter de 3,2% en 2022 […] le pays s’appuie fortement sur la consommation pour soutenir son PIB, bien que des taux d’intérêt bas, une politique budgétaire et monétaire bienveillante, et les augmentations des salaires réels dues à la baisse du chômage contribuent également à sa croissance économique ».

De surcroît, grâce à sa proximité avec l’Asie et l’Australie, son agriculture et son succès touristique, l’économie néo-zélandaise est renforcée. C’est également la destination où l’environnement entrepreneurial est reconnu comme l’un des plus compétitifs et efficient au monde.

Différents secteurs d’activités en Nouvelle-Zélande

Différents secteurs d’activités en Nouvelle-Zélande

En effet, il y a différents secteurs d’activités importants en Nouvelle-Zélande. Le secteur agricole – avec l’élevage pastoral et l’horticulture – représente 7% du PIB en 2020. Les principaux produits comprennent les produits laitiers, la viande, le bois, les fruits – en particulier le kiwi-, les fruits de mer, le blé, l’orge et certains légumes. De plus, la Nouvelle-Zélande a une industrie viticole florissante et comporte de nombreuses ressources naturelles comme le charbon, le pétrole et du gaz.

Concernant le secteur des services, celui-ci employait 75% de la population en 2020 – soit 65% du PIB. Parmi les services, on retrouve les services immobiliers, financiers et touristiques. En outre, un autre secteur d’activité important est celui du commerce de détail et de gros, ainsi que la gastronomie.

La Nouvelle-Zélande : un pays orienté business

La Nouvelle-Zélande : un pays orienté business

Selon un rapport récent « Doing Business », de la Banque Mondiale, la Nouvelle-Zélande se décrit comme un pays orienté business, où il est très facile de créer une entreprise, faire des affaires… En effet, la Nouvelle-Zélande est un pays sécurisé, stable, au marché du travail efficace, flexible, diversifié. En outre, la Nouvelle-Zélande est un pays tourné à l’international, avec d’excellents réseaux à l’exportation et d’importantes connexions. Le taux de chômage y est faible.

De surcroît, la fiscalité est avantageuse pour les entreprises, très favorable aux investissements étrangers. La Nouvelle-Zélande est donc un lieu idéal pour créer et développer une entreprise. Ce pays a d’ailleurs été élu « 2ème meilleur système de taxes ». Comme pour son système administratif, l’implantation et l’imposition est simple. Il y a une imposition unique sur les entreprises qui est à 28% et une taxe sur les biens et services – Good and Services Tax – de 15%.

Les entrepreneurs néo-zélandais

Les entrepreneurs néo-zélandais

Pour toutes ces raisons, les entrepreneurs néo-zélandais avec des « success stories » sont de plus en plus nombreux. Par exemple, rien qu’en 2019, selon NZHerald.co.nz, « six entrepreneurs de Nouvelle-Zélande ont été primés par Forbes » – le célèbre magazine économique américain. Ces 6 entrepreneurs faisaient partie des 300 entrepreneurs de moins de 30 ans pour l’Asie et le Pacifique.

Parmi ces lauréats de Nouvelle-Zélande, il y a la triathlète Florence Van Dyke qui a co-fondé une marque de boissons énergisantes, Ezekiel Raiui, fondateur de Tukotahi, l’architecte Elinor Swery ou encore Lewis Gyson, cofondateur de Wrestler – une agence de création de vidéos en réalité virtuelle.

L’entrepreneuriat encouragé et pionnier en Nouvelle-Zélande

L’entrepreneuriat encouragé et pionnier en Nouvelle-Zélande

Ainsi, non seulement l’entrepreneuriat est encouragé, et dès lors fructueux en Nouvelle-Zélande, mais la Nouvelle-Zélande fait également de modèle, de pionnier pour certains aspects et évolutions en la matière. Par exemple, l’entreprise néo-zélandaise « Perpetual Gardian », est pionnière dans l’adoption d’une semaine de travail de 4 jours.

A Auckland, dès 2018, l’entreprise de gestion Perpetual Guardian a adopté la semaine de 4 jours – payés 5. Pour la première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, c’est un modèle à suivre. En fait, comme l’exprime Andrew Barnes, le fondateur de Perpetual Guardian :

« Si vous donnez aux personnes les moyens d’être aussi efficaces au bureau qu’ils peuvent l’être à l’extérieur – et notamment en leur accordant plus de temps libre -, vous obtiendrez de meilleures performances dans leur travail ».

Ce modèle a donné lieu à des résultats épatants : une hausse de 200% de productivité, une baisse considérable de stress pour les travailleurs, davantage d’initiatives ou encore un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle – des bénéfices et thématiques qui sont chères à l’aventure Entreprendre et Voyager… 😉 !

Créer son entreprise en Nouvelle-Zélande

Créer son entreprise en Nouvelle-Zélande

Comme d’habitude, je te fais ici une synthèse des étapes pour créer ton entreprise en Nouvelle-Zélande… Concrètement, créer une entreprise en Nouvelle-Zélande dépend de sa situation actuelle et de ses objectifs. En effet, il y a plusieurs possibilités selon que tu es sur le territoire ou à l’étranger…

Ainsi, tu peux créer une entreprise en Nouvelle-Zélande si :

  • Tu as le statut de citoyen ou de résident ;
  • Un visa de travail dit « ouvert » – Comme un Partnership, Working Holiday Visa ;
  • Un visa entrepreneur.

De plus, pour créer ton entreprise en Nouvelle-Zélande, tout en restant basé en dehors du territoire néo-zélandais, tu devras :

  • Ouvrir un compte en banque pour cette entreprise ;
  • Trouver et désigner un Directeur qui lui est physiquement en Nouvelle-Zélande.

Ce n’est donc pas impossible… Mais attends de lire la suite 😊 !

Le visa entrepreneur en Nouvelle-Zélande

Si tu n’es pas résident néo-zélandais, que tu ne veux pas pas de working holiday visa, etc., tu peux demander un visa spécial, le « visa entrepreneur » de Nouvelle-Zélande.

Ce visa se destine aux personnes souhaitant créer leur entreprise dans ce pays ou racheter une entreprise qui existe déjà. De plus, saches que si tu obtiens ce visa, tu pourras demander la résidence sous le statut d’entrepreneur après 2 ans d’activité fructueuse.

Cependant, ce visa est très difficile à obtenir… En effet, 5% des demandes s’acceptent chaque année par l’immigration néo-zélandaise. Pour ce visa entrepreneur, il faut :

  1. Investir 100 000 dollars minimum pour l’entreprise.
  2. Avoir une expérience d’entrepreneuriat réussie – si possible dans la même branche.
  3. Présenter un projet d’entreprise innovant, prometteur avec un potentiel majeur pour être exporté. Concrètement, pour être inclus, il faut contribuer à la croissance de la Nouvelle-Zélande et à la poursuite de son rayonnement à l’international.

Seulement une fois ces conditions remplies, tu pourras concrètement créer ton entreprise là-bas.

Les étapes de la création d’une entreprise en Nouvelle-Zélande

Les étapes de la création d’une entreprise en Nouvelle-Zélande

Puis, comme pour toute création d’entreprise, il te faudra avoir un business plan précis, pertinent et réaliste.

Ensuite, pour vérifier le nom de ton entreprise, tu peux utiliser l’outil ONECheck pour vérifier si celui-ci est disponible. Cette recherche comprend le nom de domaine, la marque déposée, le nom d’utilisateur sur un réseau social.

Troisièmement, il te faudra choisir une structure juridique. En Nouvelle-Zélande, il y a trois formes :

  • « Sole trader » ;
  • « Company » ;
  • « Partnership ».

Vérifie bien auprès d’un comptable, les tenants et aboutissants de chacun…

Quatrièmement, tu devras créer un compte REALME. C’est une spécialité entrepreneuriale néo-zélandaise…En effet, plusieurs agences gouvernementales en Nouvelle-Zélande utilisent une connexion RealMe. Il te faudra donc dès le début obtenir un identifiant.

RealMe est une marque déposée par le service postal et le gouvernement de Nouvelle-Zélande.

Cinquième étape : dans cette logique, il te faut obtenir un numéro d’entreprise néo-zélandais (NZBN). Cet identifiant unique d’entreprise s’obtient auprès de la MBIE. Le NZBN comporte votre nom d’entreprise et vos coordonnées – numéro de téléphone ou une adresse e-mail.

Les entreprises en « sole trader », en « partnership » et les indépendants peuvent s’inscrire gratuitement pour obtenir leur NZBN en ligne.

Ensuite, tu enregistres ton entreprise.

En Nouvelle-Zélande, les entreprises se soumettent à la GST – l’équivalent de la TVA française à partir de 60 000 dollars néo-zélandais gagnés par an. L’inscription à la GST se fait en même temps que vous enregistrez votre entreprise, en ligne. C’est une démarche également gratuite.

Enfin, tu peux aussi déposer ta marque. Pense à bien vérifier les différentes réglementations en vigueur localement.

Digital nomadisme en Nouvelle-Zélande

Digital nomadisme en Nouvelle-Zélande

Si tu souhaites faire une expérience de digital nomadisme, personnellement je ne suis pas très inquiète, tu devrais avoir un large choix en termes d’infrastructures etc. En revanche, attention, je n’ai pas trouvé d’exemples de digital nomades, de groupes, d’associations là-bas… Mais peut-être que cela va se développer… Cela reste à surveiller !

En tant que ressortissant français, tu peux rester en Nouvelle-Zélande jusqu’à 3 mois, sans visa. Pour une expérience encore plus longue, tu peux demander un visa visiteur d’une durée maximale de 9 mois – ce qui permet déjà de largement visiter ce beau pays… ! Officiellement, saches-le, ce visa ne te permet par contre pas de travailler sur place…

Voilà, tu as désormais un maximum d’informations pour entreprendre et voyager en Nouvelle-Zélande ! Ce n’est pas exhaustif mais j’espère que ça t’a plu et donné envie d’y aller !

Pour le prochain pays de notre challenge 30 pays pour entreprendre et voyager ailleurs, nous prendrons la direction de l’Italie… Un pays que j’adore… 😉 !!

Partagez l'article :
3 comments

Digital Nomad je partirai en premier en NZ !
C’est le paradis !! Une nature encore bien préservée et un cadre de vie qui me fait trop envie.
En plus avec ton article j’apprends que c’est un pays ouvert au commerce (pour ne pas parler de business)… C’est top ! Merci pour la richesse des informations (encore une fois)

Quel article ultra complet et agréable à lire! Cela fait rêver de pouvoir être digitalnomad en NZ. Je ne suis pas étonnée des conditions pour s’y installer en tant qu’entrepreneur car il est important de pouvoir apporter quelque chose au pays.

Bonjour, merci pour cet expérience partagée de la Nouvelle Zélande , merci de m’avoir fait découvrir les villes notamment: Christchurch, Nelson, Dunedin, Queentown. J’ai découvert également la politique entrepreunariale dans ce pays, les tenants et les aboutissants. Ma foi pour avoir le visa entrepeneur il faut être à la hauteur. J’apprécie énormément l’organisation , la structure, et la visée internationale de l’entrepeunariat dans ce pays , mais aussi le fait de créer des conditions de travail excellente compatible avec le temps libre ,la vie de famille , pour améliorer la productivité au travail. Merci infiniment c’était très enrichissant😊

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *