entreprendre et voyager, Voyages

Le slow travel : voyager différemment en Thaïlande et ailleurs

Bienvenue sur Entreprendre et Voyager ! Merci d’être de plus en plus nombreux à me lire 😉 !

Je n’ai pas encore pu beaucoup en parler pour différentes raisons mais j’ai décidé ce weekend de parler de slow travel et de mon expérience récente de 2 mois en Thaïlande.

Le slow travel, en quelques mots, se présente comme le fait de voyager lentement, et par extension de voyager différemment.

Imagine que tu puisses rester plus longtemps quelque part, au lieu de « tout voir » au pas de course comme les touristes chinois qui passent leurs deux semaines de congés annuels dans toute l’Europe…

Sans même entrer dans de tels extrêmes, pour l’avoir fait pendant longtemps, je sais par expérience, que lorsque nous voyageons de manière traditionnelle, on ne peut pas entrer au cœur des choses, de la culture d’un pays etc. C’est juste impossible.

En effet, nous ne voyons qu’une « surface » des lieux, de la nourriture, des traditions

Le but n’est Pas d’en « voir un maximum ». Mais de ressentir ! De Vivre des expériences. De faire des rencontres. D’appréhender de nouvelles Habitudes. D’en tirer des Leçons

De ce fait, la solution c’est de voyager différemment. D’entrer dans un mode de voyage spécifique : le slow travel.

Pour ma part, ce qui m’a enfin permis d’expérimenter cela complètement et en sérénité c’est le fait de travailler 100% à distance sur le web, d’être digital nomade.

En Thaïlande et ailleurs, je t’explique ici en quoi cela consiste et comment passer à l’action, voyager davantage – grâce notamment au slow travel !

Le slow travel : une manière différente de voyager

Le slow travel : une manière différente de voyager

  • Avant d’entrer dans le cœur du sujet, je voudrais juste te dire – surtout si tu es nouveau/nouvelle sur le blog – que tu peux accéder à mon guide exclusif, créé justement en Thaïlande pour entreprendre et voyager davantage, dès maintenant, en entrant gratuitement ton adresse email dans les boutons prévus à cet effet. 😊

Cela étant dit, qu’est-ce que le slow travel ?

« Le slow travel a vu le jour en 1999 et découle du mouvement slow, originaire d’Italie en 1986. En ce qui concerne le slow travel, il suppose de ralentir le rythme pour mieux apprécier toute l’expérience touristique, de prendre le temps de découvrir une destination plus en profondeur, de s’ouvrir à l’environnement local et de s’insérer dans la vie sociale. L’idée est aussi de réduire le nombre d’expériences pendant les vacances et de se concentrer sur la qualité de celles-ci ». – Veilletourisme.ca

De cette citation, il est à en retirer plusieurs idées et aspects. Tout d’abord le point clé et majeur de ce concept c’est de ralentir. De prendre le temps de découvrir une destination en profondeur. Il y a donc un rapport avec le temps, la durée, qui est complètement différent.

Ensuite, nous notons l’aspect également important de l’environnement, du local, de la vie et des habitudes d’un lieu dit, d’une population.

Enfin, ce qui fait aussi la différence du slow travel réside dans la force de ses expériences. Des expériences souvent inattendues et inédites. Sans être extraordinaires, elles sont au moins extra-ordinaires.

Temps – Local – Expériences

Temps – Local – Expériences

C’est donc le tryptique idéal à retenir : TLE.

Et comme cela laisse à penser, ce tryptique est très personnel à chacun.

Chaque voyageur, entrepreneur, apprenti digital nomade, slow traveler, ne va pas avoir les mêmes rythmes, les mêmes capacités d’adaptation, les mêmes envies auprès des locaux et les mêmes envies d’expériences.

Slow travel et digital nomadisme en Thaïlande

Slow travel et digital nomadisme en Thaïlande

Par exemple pour ma part, lorsque j’ai décidé de m’installer principalement plus d’1 mois à Chiang Mai en Thaïlande, je n’avais certainement pas forcément les mêmes curiosités et objectifs qu’une autre personne… Même à Chiang Mai, ou ailleurs.

Je voulais rencontrer des web-entrepreneurs, visiter, goûter à de nouvelles saveurs, être au soleil en plein hiver, gérer mes clients, même avec l’important décalage horaire, prendre des cours de thaï….

Comme la suite a pu en témoigner, évidemment rien ne s’est passé comme je l’aurai pensé et ça encore une fois – digital nomade ou non – c’est ce qui fait aussi tout le charme du voyage 😉…

En tout cas, ce que je trouve intéressant c’est que le slow travel autorise aussi à un certain lâcher-prise, puisque l’on reste longtemps dans tout un lieu nouveau à découvrir – même en ville… !

Nous avons moins la pression de « tout voir, tout faire d’un coup ».

De plus, ne t’inquiètes pas, tu n’es certainement pas toujours obligé de partir 6 mois, une année complète… ! Quelques mois, semaines peuvent aussi suffire.

Ma 1ère expérience de Digital Nomade à l’étranger en slow

Ma 1ère expérience de Digital Nomade à l’étranger en slow

Pour ma part, je ne voulais pas partir trop longtemps au départ. Mes 2 mois en Thaïlande c’était surtout pour tester enfin grandeur nature ailleurs le digital nomadisme et le slow travel – deux concepts qui sont très proches !

Comme je l’aborde dans mon podcast, j’ai choisi la Thaïlande pour 2 raisons : d’abord parce qu’il y a un gros noyau d’entrepreneurs là-bas – pour une plus ou moins longue période – et ensuite parce que la Thaïlande était mon 1er rêve de voyage, de destination lointaine. Je me suis dit que la combinaison des deux ne pouvait pas être une coïncidence… Il fallait absolument que j’y aille ! 😊

La première étape, après le choix de la ville en Thaïlande où j’allais me poser pour une période déterminée, a été de chercher un bon logement avec une bonne connexion internet.

Je tiens à dire que le choix de l’hébergement est également personnel à chacun. Certains vont préférer des auberges de jeunesse, d’autres de la colocation… De multiples options sont envisageables. Pour ma part, étant introvertie et une lève très tôt, je préférais rester seule

Après des heures et des heures passées sur Booking.com pour s’accorder au niveau des dates, des hébergements disponibles etc., selon le quartier de Nimman que je recherchais en priorité, j’ai fini par trouver mon bonheur… Sauf que, manque de chance, le logement était en travaux à la dernière minute…

Première leçon pour le nouveau digital nomade : Avoir toujours son logement en arrivant, anticiper et avoir prévu des plans B et C (heureusement que c’était mon cas).

Ensuite, bien évidemment, j’ai réservé mes billets d’avion le plus tôt possible.

Slow travel et administratif

Slow travel et administratif

Troisième étape de slow travel, pour voyager différemment en Thaïlande : l’obtention du VISA. Alors là, je ne te raconte pas… Moi qui pourtant ai déjà voyagé en Inde, aux Etats-Unis… Je ne pensais pas que ça serait si compliqué… ! J’ai due me rendre plusieurs fois à l’Ambassade.  Heureusement, que j’habite en région parisienne, sinon je ne sais pas comment j’aurais fait… !

  • Petite parenthèse : certains prolongent leur VISA, leur durée de séjour directement sur place mais pour une 1ère fois, juste pour 2 mois personnellement je préférais être en règle… Qui plus est, je ne sais pas trop comment ils font car sans une date de retour, je n’aurai jamais pu embarquer sur Qatar Airways… Si tu as des questions à ce sujet n’hésite pas à m’en faire part 😉!

Il a fallu être patiente. Très patiente. Et plus la date de départ se rapprochait, plus j’étais en stress… Surtout quand l’Ambassade lance un nouveau système en ligne qui fonctionne moyen. En tout cas, « bon an, mal an » j’ai enfin obtenu mon VISA – qui est payant et non remboursable !

Deuxième leçon : Bien connaître la technique, être patient et ne jamais lâcher

Et puis j’ai fait mes valises. Embarqué mon ordinateur, mes chargeurs, mes adaptateurs, deux smartphones et c’est parti, direction l’Asie du Sud-Est !

J’avais balisé le terrain. J’avais mon hébergement, ma durée, mes moyens de transport. Je me sentais un peu plus sereine d’être un minimum préparée.

… Surtout qu’il allait falloir continuer à gérer mes clients en même temps !

Travailler mieux en voyageant lentement

Travailler mieux en voyageant lentement

En devenant indépendante, en me mettant à mon compte, je ne voulais ni laisser de côté mon envie de voyager, ni « abandonner » mes clients, car ce sont bien eux qui permettent de financer mes voyages !

En étant 100% en télétravail, sur le web, et avec une bonne organisation, je peux ainsi, tout en voyageant lentement, travailler même relativement mieux.

C’est du double gagnant !

En effet, non seulement je continue de gagner de l’argent tout en étant ailleurs, mais je profite d’autant plus de la destination car je suis déjà sur place et j’expérimente vraiment le local sur une longue période !

Des expériences de voyages et de la vie quotidienne locale

Des expériences de voyages et de la vie quotidienne locale

C’est difficile à comprendre tant que l’on n’entre pas au cœur du processus du « slow travel », du voyage dit plus lent, mais cela permet des expériences de voyages uniques et clairement davantage de vivre des moments de la vie quotidienne locale.

Surtout lorsque l’on est solo. Cela permet plus facilement de rentrer en contact avec des inconnus – je ne peux que te recommander de tester le voyage solo – même « urbain » au moins 1 fois dans ta vie 😉 ! Tu en ressortiras grandi comme jamais !

J’aurais pleins de moments à te raconter ici. Certains pourraient bien t’étonner alors que je suis en grande partie « restée en ville »…

Troisième leçon : se laisser du temps pour se laisser surprendre

J’ai suivi un cours de Yoga gratuit au milieu d’une place publique, j’ai rencontré des moines, fait une séance de méditation, j’ai été au cinéma voir un film thaï, j’ai assisté au Nouvel An Chinois au centre commercial du coin, j’ai été dans un coworking local, dans des « thrifts » locaux, j’ai fait mes courses, pris le bus local

J’ai eu des pépins aussi. Une grosse coupure d’électricité générale, une machine à laver en panne et même une visite à l’hôpital…

Oui je te l’accorde, la Thaïlande pour les digital nomades est une destination relativement « facile » mais sans le slow travel, mon activité en ligne, cela n’aurait pas été pas tout à fait pareil… Et pour une personne comme moi, c’était déjà beaucoup.

Des rencontres incroyables

Des rencontres incroyables

De surcroît, en plus de vraiment se confronter vraiment aux habitudes locales – la TV dans une langue inconnue, traverser au milieu des scooters, assister à un anniversaire dans un restaurant local…- c’est en prenant davantage de temps que l’on fait aussi d’incroyables rencontres !

Pour ma part j’en ai eu plusieurs et dans des contextes bien différents ! Des rencontres que je n’avais jamais expérimentées dans un mode de voyage plus classique !

D’abord, le proprio de l’appartement que j’avais loué et sa famille qui ont été vraiment adorables ! Des Thaï charmants et arrangeants en qui j’avais toute confiance et qui m’ont beaucoup aidée 😊.

Ensuite, je me suis rendue plusieurs fois aux « Digital Nomads Girls Lunch » du mercredi au Free Bird Café dans le quartier de Nimmanhaemin à Chiang Mai. J’y ai rencontré des filles et des femmes entrepreneuses de tous horizons ! Et j’étais ravie pour changer de rencontrer plutôt des américaines… Cela m’a rappelé des souvenirs et aussi remis dans l’inconfort.

J’y ai notamment rencontré une fille que j’ai revue plusieurs fois ensuite et j’espère que nous resterons en contact.

J’ai aussi croisé un entrepreneur français en moto,rentrant de faire les courses… Et une Australienne qui a un business culinaire, au bord de la piscine depuis le rooftop de mon immeuble ! Cela ne s’invente pas 😊 !

Digital nomadisme et slow travel

Digital nomadisme et slow travel

Travailler et voyager où et quand on le veut, prendre son temps pour réellement apprécier, cette combinaison du digital nomadisme et du slow travel, comme tu peux le voir, m’a beaucoup apporté. Et j’espère très sincèrement qu’en Thaïlande ou ailleurs tu en verras les différents intérêts aussi !

Et je ne te parle même pas des paysages, de ces sourires et de la cuisine 😉… !

Bien évidemment tu peux commencer par faire ton expérience, t’ajuster, pas nécessairement à l’étranger. Quelques mois avant j’avais commencé par 1 mois à Canet dans le Sud de la France, dans un Airbnb… Même dans certaines régions de France, tu peux t’éclater, profiter du voyage et encore découvrir pleins de nouvelles choses !

“Travels. It leaves you speechless then turns you into a storyteller.”

  • N’hésite pas si tu souhaites que je t’en parle davantage dans un livre dédié ou autre 😊 !

Ce fût définitivement une incroyable expérience de slow travel et je sais que je reviendrai en Thaïlande !

Quelques ressources complémentaires :

Quelques ressources complémentaires :

  • The Digital Nomad Survival Guide – Katherine Conaway et Peter Knudson
  • Booking.com
  • Airbnb
  • A.I.S
  • Un bon Guide du Routard récent de la destination 😉

Et toi as-tu déjà testé le slow travel ? Qu’attends-tu pour te lancer ?

… C’est définitivement un sujet que je vais continuer d’approfondir ! Si cet article t’a plu, n’hésite pas à me faire part de tes commentaires et à le partager 😊 !

Partagez l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
15 comments

Coucou en général déjà pour pouvoir apprécier ce concept il faut au moins rester sur place, même lieu au moins 15 jours voir 1 mois… Certains partent 2 jours parfois mais je ne vois pas trop l’intérêt; il m’arrive de voyager dans cet esprit quand je pars longtemps

Bonjour Marion
Comme d’hab, un super article.
C’est super de découvrir le slow travel et de voir aussi pour les papiers tout ce que tu as dû faire. Cela nous permet de mieux comprendre comment ça se passe quand on n’a pas l’habitude.
J’avoue que l’idée du plan B et C est un super conseil. Je garde ça en tête si je décide de voyager.

Je ne savais pas qu’il y avait autant d’entrepreneur(e) là bas, c’est bon à savoir.
Je t’avoue avoir été surprise de découvrir qu’il y avait autant de femmes et d’événements organisés comme tu nous l’expliquais.
J’imagine aussi que si tu as voyagé aussi librement, c’est qu’en tant que femme tu ne devais pas sentir de danger… A moins que tu prennes des dispositions particulières? (n’ayant pas l’habitude de voyager seule et étant un peu… inquiète à ce sujet (mauvaises expériences), je serais intéressée d’avoir ton retour en tant que Femme sur la sécurité, tout ça, tout ça…).

Merci pour cet article très bien structuré.

Au plaisir

Un grand merci à toi Mylène pour tes retours toujours super intéressants !! 🙂 ça m’inspire pour la suite ! Oui alors en effet il faut savoir que la Thaïlande est habituée des digital nomades donc ils multiplient les initiatives 😉 <3 C'est un de mes rares voyages solo mais oui aucun pb de sécurité etc. Donc à refaire 😀 !! Si vous souhaitez d'autres articles dans ce sens n'hésitez pas à m'en faire part !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *